Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2012 et mars 2021

S'abonner aux résultats
de cette recherche

Email
par email
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 20 sur 597 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Soit : c’est une bonne nouvelle…Quoi qu’il en soit, sur les sept articles qui composait la proposition de loi, il n’en reste plus que deux. Quant à nos demandes d’articles additionnels, à travers lesquels nous voulions résoudre les problèmes de l’étourdissement des animaux et de la formation, elles n’ont pas abouti. Je trouve cela dommage. Certes, la demande d’un rapport de notre collègue Vitel sauve un peu les apparences, mais seulement les apparences.Je ne voterai pas contre le texte : je m’abstiendrai, considérant l’article 4 comme une avancée. Mais je trouve dommage que nous n’ayons pas profité de ces circonstances favorables pour aller ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Me voilà rasséréné sur ce point.L’article 5 est également supprimé, ainsi que l’article 7.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

En résumé, sur les sept articles de la proposition de loi, le premier a survécu – mais il s’agit d’un article paisible et peu compliqué qui ne vise qu’à créer un comité, un de plus. Les articles 2 et 3 sont supprimés. L’article 4 est certes rétabli, mais pas tout à fait dans les mêmes termes…

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Je regrette que nous n’ayons pas pu avancer sur le problème posé par l’abattage rituel. Nous avions une occasion de le faire dans une ambiance constructive et consensuelle ; de telles conditions ne se retrouveront peut-être pas avant longtemps.J’en viens à l’amendement, qui répond, lui aussi, au souci d’améliorer le niveau de formation des ouvriers qui travaillent dans les abattoirs.Ces personnels doivent en effet mettre à jour leurs compétences en fonction de l’évolution des connaissance. S’il existe des gestes répétitifs, c’est bien ceux pratiqués par ces ouvriers ! Or la répétition, au millimètre près, du même geste pendant des années ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Mes amendements, ainsi que ceux de Mme Gaillard, n’ont pas pour but d’interdire ni d’empêcher la production de viande halal ou casher, mais, au contraire, de trouver une solution.Certaines des mesures que nous proposons, M. Le Fur vient de l’évoquer, sont déjà appliquées en France. Ainsi, certaines mosquées acceptent l’étourdissement préalable réversible. Si des règles figurent dans le Coran, pourquoi sont-elles interprétées différemment selon les responsables religieux ? Cela est tout de même un peu curieux.Circonstance aggravante, chacun doit savoir qu’en Malaisie, l’étourdissement préalable des animaux est de règle. Or ce pays exporte ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Une telle ouverture me semble préférable à un rejet global inspiré par un « politiquement correct » dans l’air du temps.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Bien volontiers : j’entendais en effet les défendre en même temps, madame la présidente.L’étourdissement préalable est un sujet au moins aussi important que celui des caméras. Il est néanmoins difficile, car l’attente générale est que tous les animaux destinés à l’abattage soient étourdis avant d’être saignés. Comment concilier cette attente avec les exigences rituelles musulmanes et juives, qui veulent que l’animal, au moment où il est sacrifié, soit conscient, vigile, apparemment en bonne santé ?Selon ces mêmes cultes, l’animal doit être paisible, non effrayé ; or on n’est pas sûr qu’il le soit, dans la mesure où, n’ayant pas ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

J’abonderai dans le sens du ministre et du rapporteur.Je connais assez bien le sujet. Premièrement, quand il arrive que des vaches gestantes se retrouvent à l’abattoir, ce n’est pas à la suite d’une spéculation volontaire de la part de l’éleveur, c’est plutôt par accident : il l’ignorait. Il est parfaitement possible qu’un éleveur possède une vache dont il ignore qu’elle est gestante et qu’en toute bonne foi il l’amène à l’abattoir.Deuxièmement – je le dis au passage –, une vache porte neuf mois : vous édicteriez donc des règles du jeu plus sévères pour les vaches que pour les femmes.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

L’article 6 vise, si je ne m’abuse, à modifier un article du code de procédure pénale de façon à permettre à des associations, par exemple de protection des animaux, de se porter partie civile lorsque des infractions sont constatées en matière de souffrance animale.C’est une bonne chose, mais dans la mesure où il n’existe pas d’enregistrement vidéo, comment pourra-t-on objectiver de telles infractions ? Voilà une raison supplémentaire de recourir à cette technique.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Pour ce faire, il faut prendre des mesures pour empêcher les rares fautes qui peuvent être commises. En effet, la généralisation induite par le système médiatique est particulièrement préjudiciable à la filière de l’élevage. La meilleure façon d’aider les éleveurs, et la plus rapide, est d’être le plus efficace possible car, je le répète, les éleveurs, tout autant que les producteurs, sont les véritables et les premières victimes de tout ce processus.Par conséquent, si vous voulez, mes chers collègues, aider les producteurs et les éleveurs – je crois que nous le voulons tous –, il faut être immédiatement le plus efficace possible.Mettons en ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Je résume : les scandales révélés au cours des derniers mois ont considérablement marqué nos concitoyens et beaucoup heurté leur sensibilité.La première conséquence en a été l’effondrement de la consommation de viande. Les premières victimes sont donc bien les producteurs et les éleveurs, car ils ne parviennent plus à vendre leurs produits et voient les cours s’effondrer. Il ne faut pas que de tels scandales se reproduisent. Nous devons être certains d’y mettre fin.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Je suis partisan de rétablir l’installation des caméras de manière non pas expérimentale, mais universelle et obligatoire. Vous venez de dire, monsieur Falorni, que cela se fait déjà en Grande-Bretagne – donc, d’une certaine manière, l’expérimentation a déjà été menée ailleurs. En outre cela se pratique déjà en France, et ceux qui ont recours à ce système sont décidés à le conserver. Pourquoi donc perdre une année ?L’argument du coût est, à mon sens, ridicule : un abattoir, cela peut coûter une vingtaine de millions d’euros. Dans ces conditions, dépenser 1 000 ou 2 000 euros pour l’installation de caméras vidéo, ce n’est pas un ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

À mon tour de proposer de rétablir l’article 4 ! Il faut absolument le faire : nous avons déjà supprimé les articles 2, 3 et 5 : si nous ne rétablissons pas celui-ci, il ne restera plus rien.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Monsieur le ministre, je voterai votre amendement de suppression, car c’est un article absurde, qui propose de contrôler uniquement les abattoirs de plus de cinquante salariés, en mettant un inspecteur derrière leur dos. Pour résumer, premièrement, on aura un type assis qui regardera les gens travailler ; et le type assis sera mieux payé que ceux qui s’épuisent à la tâche. C’est insensé. Deuxièmement, on créera une discrimination entre les établissements de plus et de moins de cinquante salariés. Or – je suis désolé de le dire – les dernières vidéos de L214 ont toutes été réalisées dans des abattoirs de moins de cinquante salariés. On va ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacques Lamblin

Je n’avais pas fini. Vous êtes beaucoup plus rigoureuse avec moi qu’avec d’autres, madame la présidente.

Consulter