Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2012 et mars 2021

S'abonner aux résultats
de cette recherche

Email
par email
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 20 sur 605 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 16/11/2016 : Projet de loi de finances pour 2017

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges, rapporteur spécial de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire

Jean-Pierre Gorges En 2015, 58 % des crédits ont été alloués à des projets franciliens. Il est vrai que tout ne se passe pas à Paris ! Pour ma part, je suis l’élu d’une ville de province qui dispose d’un patrimoine important.Il est nécessaire de restituer la façon dont les dépenses ont été réparties sur le territoire. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un exercice trop difficile. Il est important de rappeler qu’en France, il n’y a pas que Paris ! Avis très favorable.

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/11/2016 : Projet de loi de finances pour 2017

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges, rapporteur spécial de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire

Jean-Pierre Gorges Il y a deux problématiques. Si, quant au budget global, il ne faut pas décider de changements avant que le dispositif ait fonctionné, on peut, je le répète, s’interroger sur la répartition des crédits. C’est pourquoi je m’en remets à la sagesse de notre assemblée.

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/11/2016 : Projet de loi de finances pour 2017

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges, rapporteur spécial de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire

Jean-Pierre Gorges …dont on n’a pas encore fait le tour. Il est appliqué depuis moins d’un an. Il me semble donc quelque peu hâtif de revoir le montant global, qui, au regard des cinq dernières années, correspond, au surplus, à l’usage. Il n’en demeure pas moins que l’on peut se poser des questions sur la répartition des crédits entre l’INRAP et les collectivités.

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/11/2016 : Projet de loi de finances pour 2017

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges, rapporteur spécial de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire

Jean-Pierre Gorges Je suis très sensible à ce sujet, puisque ma ville abrite un service archéologique employant plus de cinquante personnes. Je suis donc ces questions de près. Cependant, il s’agit d’un dispositif nouveau…

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/11/2016 : Projet de loi de finances pour 2017

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges, rapporteur spécial de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire

Jean-Pierre Gorges J’émets à nouveau un avis très défavorable. Une fois encore, on essaie de financer toutes les opérations en réduisant les crédits du programme « Patrimoines », qu’il faudrait, je le répéterai, sanctuariser, voire augmenter. Le patrimoine est en effet un facteur important, par le biais du tourisme, du développement de notre territoire. Ce n’est donc pas là qu’il faut aller chercher l’argent.

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/11/2016 : Projet de loi de finances pour 2017

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges, rapporteur spécial de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire

Jean-Pierre Gorges Je suis tout à fait d’accord avec Mme la ministre. Cet amendement, qui n’a pas été examiné en commission des finances, tend à supprimer les trois quarts des crédits affectés au programme « Patrimoines ». Moi qui milite pour qu’ils soient non seulement renforcés mais sanctuarisés et qu’ils ne soient pas une variable d’ajustement en faveur d’autres domaines, j’émets un avis très défavorable.

Consulter

Commission élargie : finances - affaires culturelles - affaires étrangères - Intervention le 08/11/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges, rapporteur spécial de la commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire, pour le programme 175 « Patrimoines »

Jean-Pierre Gorges Le projet de budget que le Gouvernement nous présente pour 2017 prévoit une augmentation des crédits du programme « Patrimoines » de 3,9 %, par rapport à la loi de finances pour 2016, ce qui va dans la bonne direction.Plusieurs éléments m'amènent cependant à nuancer cette entame positive.Une partie importante des moyens supplémentaires accordés aux opérateurs est absorbée par deux types de dépenses contraintes, à savoir l'augmentation du point d'indice de la fonction publique et le renforcement des mesures de sécurité.La hausse des crédits d'investissement est tirée par un certain nombre de « grands projets », comme les schémas directeurs de ...

Consulter

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 11/10/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges

Je conteste le procès qui est fait aux collectivités locales. Elles présentent des comptes en équilibre, ce qui n'est pas le cas de l'État.Enfin, Michel Vergnier a raison. Lorsque l'on a créé l'intercommunalité, on a transféré aux agglomérations l'ensemble de la fiscalité économique, laquelle a perdu tout dynamisme puisque l'attribution d'une compensation a figé les choses. Comment, dans ces conditions, la ville centre peut-elle assumer tous les besoins nouveaux ? On est en train de tuer le couple commune-intercommunalité, tout cela parce que l'État est en déficit structurel et que personne ne veut toucher à certaines dépenses. On s'en prend aux ...

Consulter

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 11/10/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges

Vous êtes président de l'agglomération de Pontoise et la Cour des comptes vous offre une solution de repli.

Consulter

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 11/10/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges

Maire depuis 2001, président d'une intercommunalité et député, membre de la commission des finances, depuis 2002, je connais bien ces sujets. Aussi, je m'étonne des propos qui sont tenus à l'égard des collectivités.La DGF, qui contribue à la péréquation entre les collectivités locales, est une compétence de l'État car elle est financée par l'impôt, notamment l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés. Aujourd'hui, vous nous dites que, pour réduire le déficit structurel, on va réduire cette dotation, qui représente une masse importante. On montre ainsi du doigt les collectivités locales, qui seraient trop dépensières. Or, à l'exception ...

Consulter

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 21/09/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges

Nous naviguons à vue dans ce millefeuille du territoire. Nous n'avons même pas réussi à mettre en place une intercommunalité correcte. Avec la loi NOTRe, on élargit les régions alors même qu'on n'a pas fini de se battre avec l'organisation de nos départements.J'ai la chance d'être élu dans une région dont le périmètre n'a pas été modifié. La première étape aurait dû consister à supprimer un niveau intermédiaire et à simplifier. À titre d'exemple, l'agglomération de Chartres représentera à terme la moitié du département. Si nous ne commençons pas par régler ce problème, la commission des finances passera des années à essayer de trouver ...

Consulter

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 06/07/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges, rapporteur

Jean-Pierre Gorges Je comprends la question de notre collègue Alain Chrétien. Techniquement, on peut savoir qui sont les détenteurs non-résidents. Mais le système actuel nous permet d'émettre de la dette à des taux très bas, voire négatifs. Le risque, c'est que le marché se bloque, et que l'on ne puisse plus y avoir accès pour refinancer la dette, sachant que l'on ne rembourse pas le capital.Le véritable piège est que, plus la dette augmente, plus les frais financiers diminuent. En d'autres termes, plus on emprunte, moins cela coûte cher d'emprunter. Dans la mesure où l'on ne rembourse pas le capital et que les frais financiers diminuent avec l'augmentation de la dette, ...

Consulter

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 06/07/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges, rapporteur

Jean-Pierre Gorges Ainsi que mes collègues corapporteurs viennent de vous l'exposer, la dette publique pose de nombreux problèmes, celui de la transparence n'étant pas le moindre. Si la gestion de la dette par l'AFT nous a semblé professionnelle et efficace, voire assez remarquable, la question de l'endettement pose la question du soutien à l'activité sans aggraver son niveau.J'ai joint une contribution au rapport, que j'ai intitulée « De la dérive à l'addiction ». Ce qui manque, c'est de faire le lien entre le recours à l'endettement et l'évolution du chômage car utiliser la dette pour soutenir l'activité n'a guère de sens si cela ne réduit pas le chômage.Il nous a ...

Consulter

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 06/07/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jean-Pierre Gorges

Ce rapport arrive à point nommé pour montrer que le fameux mille-feuille, que tout le monde critique, se complique de plus en plus en dépit des différentes mesures de simplification. Chacun propose des mesures, qu'il s'agisse des pays – de l'une ou de l'autre sorte – ou des PETR, et ainsi de suite. À mon sens, les choses seraient beaucoup plus simples si l'on respectait la loi, car les syndicats tomberaient naturellement. En Eure-et-Loir, par exemple, les choses se passent assez bien : deux communautés d'agglomération rassemblant près de 60 % des habitants ont entraîné la suppression de tous les syndicats, pays et autres structures.Au fond, quelle ...

Consulter