Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2012 et mai 2020

S'abonner aux résultats
de cette recherche

Email
par email
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 20 sur 108 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 30/11/2016 : Promotion des langues régionales

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

La situation actuelle n’est satisfaisante ni pour l’État, ni pour les collectivités territoriales, ni pour les associations concernées. L’amendement proposé y porte remède.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2016 : Promotion des langues régionales

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

Il apparaît donc justifié que des aides publiques soient allouées aux établissements d’enseignement privé délivrant cet enseignement des langues régionales. Je voudrais, à ce propos, rappeler le rapport de juillet 2013 du conseiller d’État Rémi Caron, qui précisait que, pour vivre, ces écoles bénéficiaient de solutions de contournement à la loi. Mes chers collègues, nous avons aujourd’hui l’opportunité de faire cesser l’hypocrisie. Ne soyons pas frileux. Je le souligne à nouveau : les langues régionales ne sont pas un danger pour la République.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2016 : Promotion des langues régionales

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

Mes chers collègues, avec cet amendement, je veux faire passer le message suivant : cessons l’hypocrisie ! Plusieurs études montrent que la maîtrise du français n’est en aucun cas affectée par celle d’une langue régionale, bien au contraire.

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 30/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

Le coût de la viande en supermarché permet certes à des familles modestes de manger mieux et de façon plus diversifiée. Pour ma part, je suis membre de l'association pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP), où je côtoie beaucoup de familles modestes – je suis moi-même issue d'une famille modeste. Les gens s'abonnent, pour la volaille, la viande rouge, les oeufs, le fromage, en plus d'un panier de légumes toutes les semaines. Je vous assure que cela permet une réelle économie à la fin du mois, tout en assurant une alimentation de qualité.

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 30/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

Cela n'enlève rien aux paroles de Gandhi. Il était peut-être végétarien, je ne l'ai pas vérifié, mais nous devrions en tout cas nous inspirer de cette phrase car c'est une réalité. Il y a quelques années, on arrachait l'oeil du lapin, on sectionnait le gosier du poulet. Je l'ai vu faire et cela a soulevé mon indignation de défenseure des animaux, mais cela ne m'a pas empêché de manger du poulet. Je fais partie d'un groupe d'étude contre la maltraitance animale – ceci explique sans doute cela. Nous devons rendre à l'animal sa dignité. Nous l'élevons certes pour le manger mais cela peut se faire sans souffrance inutile.

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 30/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

Plus sérieusement, je partage, Monsieur Venteau, votre point de vue quand vous dites que, si l'animal est mal élevé et mal abattu, la viande n'est pas bonne, et c'est pourquoi je m'interroge sur la qualité de la viande des élevages et abattages industriels, que je dénonce toujours. En tant que consommatrice, je suis convaincue que l'élevage industriel n'offre pas au consommateur un bon produit.Je suis également convaincue que l'abattoir est par nature un lieu de souffrance, dans la mesure où l'on y donne la mort. Tout doit donc être fait pour minimiser la souffrance de l'animal. Je ne suis pas végétarienne et je ne pense pas que je le serai devenue au terme des ...

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 30/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

Nous l'avons constaté au cours de ces auditions, l'abattoir est un lieu de souffrance. La société est-elle prête à s'engager dans une révolution culturelle pour faire de ce lieu de souffrance un lieu où l'on souffre le moins possible ? N'oubliez pas que l'on s'appuie sur une véritable économie de marché.Votre livre avait suscité beaucoup d'intérêt en 2009. Dans un article de Mediapart, un journaliste se félicitait d'« une enquête digne de la plus grande rigueur sociologique », et de votre « désir de comprendre le travail de ceux qui tuent les animaux pour nourrir les humains ». Je pourrais en citer d'autres.Reste qu'on ne fera pas de nous tous des ...

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 29/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

À vous entendre, on pourrait se réjouir qu'il existe enfin des textes et des règles qui encadrent ce secteur. Pourtant, je ressens un véritable décalage par rapport aux propos que nous ont tenus des dirigeants et des salariés d'abattoirs, notamment au sujet des sacrificateurs, dont il semble – c'est l'interprétation que je fais de ce qui nous a été rapporté – qu'ils sont peu compétents et formés, même s'ils détiennent une carte délivrée par leur mosquée. Certains utilisent même leurs propres outils.Les treize organismes de formation auxquels vous faites référence sont-ils identifiés comme tels ? Je retiens d'autres auditions que les ...

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 29/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

Je vous remercie, monsieur Nouët, de nous avoir rappelé des chiffres que nous ignorons ou que nous ne voulons tout simplement pas connaître. Il nous faut, de temps en temps, avoir le courage de nous mettre à face ces réalités.Vous avez évoqué le fait que certains salariés ne parlent pas français. Cela sous-entend-il qu'on fait de plus en plus appel dans les abattoirs à des personnels étrangers qui n'auraient pas de formation – ou qui, du moins, seraient encore moins formés que les autres – et qui, pour certains, ne seraient pas déclarés ? Ai-je l'esprit tordu ou est-ce une réalité qui s'impose de plus en plus à nous ?Madame Chauvancy, vous ...

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 16/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

Un animal domestique, c'est un compagnonnage de dix ou quinze ans. Pour vos porcs, ce n'est qu'un an.

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 16/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

Tout dépend du lien qu'on établit avec l'animal. À la télévision, j'ai vu un éleveur de porcs qui avait un rapport avec eux similaire à celui qu'on établit avec un chien ; il leur donnait des noms, les porcs venaient à l'appel de leur nom, ils se laissaient caresser. Tout de même, il exagère, me disais-je, dire qu'après, il va les tuer ! Mais je n'ai pas d'états d'âme quand la côtelette est dans mon assiette… Tout cela repose finalement sur une certaine hypocrisie.

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 16/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

J'aurai une dernière question qui porte sur la préservation de l'environnement : comment traitez-vous les rejets de cette unité mobile ?

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 16/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

J'entends bien vos arguments. Certains éleveurs, très attachés à leurs animaux, ont du mal à les conduire à l'abattoir, dites-vous. Je me demande toutefois si cette vision un peu angélique ne vaut que pour un très petit nombre : la transformation de l'animal en viande de consommation est la finalité même de tout élevage.Par ailleurs, vous avez évoqué les opérateurs des abattoirs et leurs problèmes psychiques. Il faut rappeler les difficultés de recrutement et le manque de formation mais aussi la présence des services vétérinaires qui apporte une certaine garantie dans l'encadrement, même si tout n'est pas parfait.Faire venir l'abattoir à la ferme paraît ...

Consulter

Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français - Intervention le 09/06/2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sylviane Alaux

Ces images, qui ont déclenché une indignation nationale, peuvent-elles être exploitées en ce sens ?

Consulter