Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2012 et juillet 2020

S'abonner aux résultats
de cette recherche

Email
par email
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 6 sur 6 triés par date — trier par pertinence

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 18/02/2015

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Le Maire

Les négociations de branche qui se déroulent outre-Rhin sur le salaire minimum ne concernent pas les jeunes. Les Allemands partent du principe qu'un jeune qui vient de finir son apprentissage ne peut pas être embauché au SMIC.

Consulter

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 18/02/2015

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Le Maire

Le chômage des jeunes, qui atteint 25 % en France, est un scandale. Voilà trente ans que nous échouons à mettre en place la solution qui s'impose, et qui consiste à diminuer le coût de leur travail. Quand j'ai tenté de le faire, sous l'autorité de M. Dominique de Villepin, alors Premier ministre, je me suis heurté à une levée de boucliers. Comment faire comprendre à la société française qu'il vaut mieux, pour un jeune, intégrer une entreprise avec un salaire inférieur au SMIC qu'attendre deux ans avant d'entrer sur le marché de l'emploi ?Le deuxième levier que vous avez identifié est le droit du travail. Peut-on proposer un contrat plus souple, qui ...

Consulter

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 10/02/2015

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Le Maire

La désindustrialisation est un drame que vivent beaucoup de nos régions et qui donne souvent à nos compatriotes le sentiment que « c'est foutu ». En tant que responsables politiques, de droite comme de gauche, nous avons le devoir de leur envoyer un message plus positif sur l'état de notre industrie.Ma première question concerne le coût du travail. Vous semblez assez catégorique sur le fait que nous avons fait ce qu'il fallait pour améliorer notre compétitivité-prix. J'ai le sentiment au contraire que, dans des secteurs comme la plasturgie, les nanotechnologies ou l'industrie agroalimentaire, cette question demeure un défi de taille et que beaucoup de petites ...

Consulter

Commission des affaires économiques - Intervention le 28/01/2015

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Le Maire

Je serai bref, car ce que vient de dire Guillaume Garot me convient parfaitement. J'avais, en effet, posé les prémices de cette politique. Guillaume Garot l'a poursuivie en l'approfondissant. Les enjeux ont été parfaitement exposés.Il y a, d'abord, un enjeu national, qui concerne directement nos concitoyens, lesquels sont très attachés à l'idée de sortir du gaspillage alimentaire. Je remercie Jean-Pierre Decool d'avoir déposé cette proposition de loi, à laquelle j'apporte tout mon soutien. Il y a, ensuite, un enjeu mondial : puisqu'on ne sait pas comment nourrir la planète, réduire le gaspillage peut constituer un moyen. Il y a, enfin, l'enjeu européen du ...

Consulter

Commission des affaires culturelles et de l'éducation - Intervention le 10/12/2014

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Le Maire

Je confirme la remarque du président s'agissant de Saint-Étienne.Vous dites que le rabot ne suffit plus et que des changements courageux s'imposent. Radio France finance quatre formations musicales, dont deux orchestres. Je vous propose de réduire dans les cinq années à venir ce nombre à une seule formation comprenant orchestre et choeur avec une ambition internationale. Ce format me paraît suffisant pour répondre aux exigences musicales de Radio France.

Consulter

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 28/09/2012

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Le Maire

Ma question porte sur les exonérations de charges sur les salariés agricoles. Nous avions fixé leur niveau de telle manière que la compétitivité des salariés agricoles français puisse être comparable à celle des salariés agricoles allemands. En supprimant cette exonération – d'un montant de 210 millions –, vous vous attaquez à la compétitivité de l'agriculture française, et la somme en question ne sert qu'à financer la baisse de plus de 7,5 % des crédits affectés au ministère de l'agriculture. Ce tour de passe-passe est regrettable : on ne finance pas les économies dans les ministères en tapant sur la compétitivité des producteurs. Cela se ...

Consulter