Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2012 et juin 2020

S'abonner aux résultats
de cette recherche

Email
par email
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 20 sur 2388 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Ne dites pas cela ! Cela fait des années que je me bats sur ce sujet !

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Alors faites un choix ! Ne vous retranchez pas derrière le refus de l’ingérence !

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

…en traitant comme ils doivent l’être les enfants autistes de France ; soit on continue à tergiverser, soi-disant pour apaiser les débats, mais en réalité simplement pour gagner du temps, et nous mettrons vingt ou trente ans à parcourir le chemin que d’autres pays ont déjà fait depuis longtemps.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Osez aller au bout de la démarche ! Je sais qu’au fond de vous-mêmes, vous êtes d’accord avec moi ! Le choix est clair : soit on va au bout de la démarche, en répondant aux attentes des familles,…

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Soit on préconise ces méthodes : dans ce cas, il faut aller au bout de la démarche ; c’est ce que j’entends faire au moyen de cette proposition de résolution. Soit un reste complètement neutre : mais alors il faut l’être aussi dans le cadre du Plan Autisme, et dans le cadre du site internet dont j’ai parlé !

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Vous ne pouvez pas dire qu’il ne faut pas s’ingérer dans le choix des thérapies, et en même temps préconiser les méthodes éducatives et comportementales – comme vous l’avez fait récemment, avec courage, via un site internet.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

De la même manière, lorsque dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, vous faites adopter des moyens financiers pour soutenir tel ou tel traitement, telle ou telle méthode, eh bien vous faites des choix ! On n’arrête pas de faire des choix, ici ! Simplement, nous devons opérer ces choix à la lumière de la science, comme l’a fait la Haute Autorité de santé dans ses recommandations de bonnes pratiques éducatives et comportementales.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Pourquoi donc défendre la psychanalyse et la psychiatrie pour traiter une maladie qui n’est pas une psychose ?Ce n’est pas une maladie psychiatrique, c’est un trouble envahissant du développement. Il faut donc faire comme la Belgique : utiliser massivement les méthodes éducatives et abandonner les méthodes inappropriées, qui n’ont pas à être employées dans ce contexte.Vous nous dites : il ne faut pas s’ingérer dans le choix des thérapies. Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Madame la secrétaire d’État, c’est complètement contradictoire ! Vous avez avec courage, dans le cadre du Plan Autisme, décidé que tous les moyens supplémentaires ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Mais non ! Je suis désolé, madame Guittet, le choix est strictement binaire : ou c’est une psychose, ou ce n’est pas une psychose. Or les instances internationales qui se sont penchées sur cette question et la Haute autorité de santé sont unanimes : ce n’est pas une psychose, ce n’est pas une maladie psychiatrique.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Non ! En revanche, s’ils avaient choisi les méthodes que défendent certains d’entre vous, ils auraient bénéficié d’une prise en charge totale. Ce n’est pas normal, et cela me révolte. C’est cette colère des familles dont je veux me faire le porte-parole aujourd’hui, et je regrette votre position.Quant à la liberté de prescription, ne défendez pas mon texte ! Bien évidemment, et cela a été cité à plusieurs reprises, il s’agit de respecter la liberté de prescription des médecins, mais dans les limites de la science. Je demande simplement que les professionnels de santé français tiennent compte des avancées de la science et empruntent le ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Ces familles attendent que nous prenions des décisions courageuses et que nous allions de l’avant. Ce texte est certes imparfait ; il est dommage qu’on ne puisse pas travailler en commission pour amender les propositions de résolution. On aurait pu faire progresser le texte ensemble. En attendant, il est là et moi-même et mon groupe le défendons.Certes, des progrès ont été accomplis. Je ne veux pas faire de politique politicienne sur ce sujet ; si j’ai créé, en 2011, le groupe d’études sur l’autisme, j’en ai proposé la coprésidence à Gwendal Rouillard. J’ai toujours refusé de faire de la politique politicienne dans ce domaine ; c’est ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Madame la ministre, vous m’avez énormément déçu. Non seulement certains propos relevaient plus de la basse politique que du débat en cours, mais surtout vous avez passé votre temps à parler des professionnels et non des familles. Je suis heureux d’avoir fait entendre, dans cet hémicycle, la voix de ces dernières, et j’aurais aimé vous en entendre parler plutôt que de vous voir vous livrer à un exercice de défense des professionnels. D’ailleurs, la plupart des collègues qui sont intervenus l’ont fait pour défendre ces professionnels, mais à aucun moment l’on n’a évoqué la souffrance des familles et la réalité qu’elles vivent.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Vous ne parlez que des médecins. Parlez plutôt des familles !

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/12/2016 : Prise en charge de l'autisme

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Daniel Fasquelle

Ne caricaturez pas mes propos ! Je m’attendais à autre chose de votre part, madame Neuville. Vous faites de la politique politicienne de bas étage !

Consulter