Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2012 et juin 2020

S'abonner aux résultats
de cette recherche

Email
par email
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 20 sur 2254 triés par date — trier par pertinence

Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire - Intervention le 08/02/2017

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

J'ai déjà eu l'occasion de vous rencontrer, monsieur Gérald Feldzer, pour évoquer avec vous la question des dirigeables. Vous l'avez abordée tout à l'heure et je souhaite que vous alliez un peu plus loin, afin que nous sachions quels freins restent à lever dans la perspective de leur utilisation, en particulier pour le transport de marchandises. Ensuite, quel est le degré d'acceptation de ce mode de transport par les populations ? En effet, chacun connaît l'histoire des dirigeables…Par ailleurs, l'utilisation de l'électricité pose la difficile question du stockage de l'énergie. La durée de vie des batteries est limitée. Je souhaite savoir où en est ...

Consulter

Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire - Intervention le 01/02/2017

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Je remercie sincèrement le président de notre Commission, mais aussi le président et la rapporteure de la mission d'information, pour ce rapport extrêmement intéressant, mais dont les conclusions sont un peu effrayantes, aussi bien en ce qui concerne l'organisation du démantèlement que ses aspects financiers et les incertitudes portant sur la compatibilité de sa mise en oeuvre avec celle de la loi de transition énergétique.Si j'ai bien compris, chaque démantèlement est un cas particulier, ce qui explique que le déroulement du processus global soit si difficile à anticiper. À lui seul, cet aspect est inquiétant, car il pourrait être tentant de laisser ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

À titre personnel, je m’abstiendrai. Si nous avons avancé par rapport au texte de la commission, nous aurions pu prendre des décisions au sujet de l’abattage rituel. Je regrette que cela n’ait pas été le cas.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Cet amendement, dont le contenu est proche de celui déposé par mon confrère Lamblin, vise à proposer une formation complémentaire aux salariés des abattoirs. Les travaux de la commission d’enquête ont en effet révélé l’insuffisance de la formation qui leur est actuellement demandée : les agents, malheureusement, n’ont pas exemple par reçu d’informations sur la souffrance animale et sur d’autres sujets similaires.Cet amendement vise donc à faire en sorte que les agents opérant la mise à mort disposent d’un niveau de compétence approprié.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

…je sais, malheureusement, que je mange, quasiment tous les jours, de la viande qui a été tuée dans des conditions qui ne me conviennent pas. Cela, nous devons le dire aux Français, pour qu’ils se rendent compte que la souffrance animale, est également extrêmement forte lors d’un abattage rituel, alors que nous pourrions l’éviter.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Ces amendements, je le redis, ont pour seul objectif de trouver des solutions, non d’empêcher les cultes d’être pratiqués. Ces solutions existent : mon collègue, Jacques Lamblin, les a énoncées.Je souhaiterais que nos débats ne conduisent pas à faire l’amalgame entre abattage rituel et cruauté envers les animaux. Or cela risque d’arriver si nous ne prenons pas de précaution. Nous avons vu ce qui s’est passé avec l’abattage traditionnel ; si nous n’avançons pas sur ces sujets, nous risquons, demain, de connaître de dramatiques déconvenues.Par ailleurs, l’Allemagne, à la différence de la France, a introduit des quotas pour l’abattage des ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Non, madame la présidente, je n’ai évoqué que l’amendement no 1. Le no 2 est différent.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Il est donc important de mettre un terme à l’abattage cultuel, tout en reconnaissant les possibilités que je signalais. J’ai ainsi défendu, madame la présidente, l’amendement no 1.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Faire évoluer les règles de l’abattage rituel laisserait donc la porte ouverte aux exportations tout en fermant celle du possible amalgame entre abattage rituel et cruauté envers les animaux. Au vu des chiffres qui nous ont été transmis, au moins la moitié des animaux abattus rituellement sont en effet destinés à l’exportation.Je veux aussi répondre à M. le ministre, qui tout à l’heure m’a prise à partie sur la laïcité. Je ne prétends pas diriger les cultes à la place de ceux qui en ont la charge, loin de là ; mais, je veux le souligner devant la représentation nationale, je suis laïque moi aussi, et, à ce titre, je n’ai pas envie de ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Je souhaite tout d’abord défendre, brièvement, l’amendement no 1, qui tend à insérer un titre préliminaire.La proposition de loi prétend traiter du respect de l’animal en abattoir. Or, de mon point de vue, deux points cruciaux font défaut pour atteindre cet objectif et améliorer la dignité, celle de l’animal – en lui épargnant les souffrances évitables, quel que soit le mode d’abattage – et celle de l’homme, aujourd’hui abandonné à son sort de tueur, en l’absence de toute formation et de tout accompagnement psychologique : on l’a vu en commission, ces personnes souffrent aussi.Une éthique est donc nécessaire : parler de transparence, ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Moi aussi, bien évidemment, j’ai été choquée par ces images ; mais il faut être pragmatique. Comme vient de le dire mon confrère Lamblin, un éleveur ne peut pas savoir si une vache qui était aux champs a été saillie ou non – car toutes les vaches ne subissent pas des inséminations artificielles.D’autre part, la réglementation européenne interdit le transport des vaches gestantes ayant dépassé 90 % de la période de gestation. Comme le ministre l’a signalé, l’EFSA est en train d’examiner s’il convient de réduire ce taux ; elle donnera le résultat de son étude en mai 2017. Je pense donc qu’il est nécessaire d’attendre, au moins pour ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Toutes les explications qui éclairent notre débat sur le rétablissement de l’article 4 viennent d’être données. Je m’interroge surtout sur le sous-amendement de la présidente de la commission parce que si certains abattoirs sont déjà équipés, est-ce la peine de faire une expérimentation ? Pour ma part, je ne le pense pas. Et puis, l’expérimentation en question permettrait d’évaluer l’opportunité de la généralisation, mais comment et sur quels critères ? Le système de surveillance servira non seulement aux salariés, mais à toute la filière viande. Je rappelle, à cet égard, qu’il ne faut pas laisser s’installer l’amalgame entre ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Par ailleurs, même si des efforts de recrutement ont été faits, nous savons très bien que nous ne disposons pas d’assez de vétérinaires pour assurer cette tâche en plus des missions qui leur sont déjà attribuées. Il serait dommage de les contraindre à de telles activités – qui sont d’ailleurs bien peu actives !Je le répète : je suis tout à fait favorable à la suppression de cet article, à condition de rétablir l’article prévoyant un contrôle vidéo dans tous les abattoirs. C’est une question d’égalité pour les salariés comme pour les animaux, et une question de moyens.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Je l’ai dit tout à l’heure, et je le répète : comme l’a dit mon collègue Jacques Lamblin, comme l’a rappelé M. le ministre, imposer la présence d’un vétérinaire, assis toute la journée derrière les agents des abattoirs, serait contreproductif.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Après passage en commission, cet article prévoit de faire peser des contrôles vétérinaires sur les plus gros abattoirs, là où ces contrôles sont déjà les plus importants. Rien n’est prévu pour les plus petits, où ont pourtant été révélés les scandales que nous connaissons. Les animaux méritent autant d’intérêt, qu’ils soient abattus dans des gros ou des petits abattoirs. Dans ce titre II, je préférerais, comme le veut le Gouvernement, supprimer l’article 3 qui n’instaure des contrôles par des vétérinaires que pour les établissements de plus de cinquante salariés, tout en rétablissant l’article 4 qui institue une surveillance par ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/01/2017 : Respect de l'animal en abattoir

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Geneviève Gaillard

Je suis de l’avis de M. le ministre en ce qui concerne l’amendement de Mme Abeille : des visites inopinées avec la presse, cela me paraît un peu étonnant. En revanche, je suis assez d’accord avec l’amendement de M. Falorni, puisque ce sont des visites non plus inopinées, mais organisées avec les services vétérinaires, qui connaissent le problème. Une telle disposition peut avoir une utilité. Je ne suis pas sûre que, sur les 577 députés que nous sommes, beaucoup sachent réellement ce qu’est un abattoir. Il serait utile de faire savoir à la population que les abattoirs, dans l’ensemble, fonctionnent bien – car, comme cela a été dit, les ...

Consulter