Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2012 et mai 2022

S'abonner aux résultats
de cette recherche

Email
par email
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 20 sur 56 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 01/12/2016 : Ratification du protocole au traité de l'atlantique nord sur l'accession du monténégro

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

Cela peut faire rêver, mes chers collègues, mais n’y voyez-vous pas quelque chose d’anormal et de peu courant ? Cette mainmise du clan Djukanovic sur les leviers politiques et économiques bénéficie par ailleurs d’une omerta médiatique totale. Pas moins de vingt-trois cas de violences à l’encontre de journalistes dans le pays ont été dénoncés par le Centre européen pour la liberté des médias et de la presse, entre février 2014 et octobre 2015. Enfin, on veut nous faire croire que la page du clan Djukanovic est politiquement tournée, ou en passe de l’être, à la suite des élections législatives d’octobre dernier. Il ne s’agit en réalité que ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 01/12/2016 : Ratification du protocole au traité de l'atlantique nord sur l'accession du monténégro

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d’État, madame la présidente de la commission des affaires étrangères, mes chers collègues, il nous est soumis aujourd’hui, à l’ordre du jour de notre assemblée, la ratification du protocole au traité de l’OTAN sur l’accession du Monténégro. Si je pense, la plupart du temps, qu’un processus d’adhésion est toujours plus positif qu’un mouvement de gel ou de sortie, comme en a témoigné l’actualité européenne récente avec le Brexit, cette adhésion-là me semble relever davantage de l’erreur politique et de la faute morale.Une erreur politique d’abord, car, contrairement à la présentation ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

Cette dernière n’est possible qu’à condition qu’au moins en droit, les deux parties soient dans un rapport mieux équilibré. Cela s’appelle la reconnaissance d’un État palestinien.

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

Elle ne peut être que le résultat de la prise de conscience de cette évidence forte : Israéliens et Palestiniens ont le choix entre la poursuite du carnage et la coexistence acceptée.

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

Il est donc grand temps, mes chers collègues, d’arrêter de se cacher derrière une vision improbable de la situation qui consiste à attendre, toujours attendre, attendre une paix miraculeuse qui ne peut et ne pourra se faire dans ces conditions. La paix ne peut être que le fruit de la reprise des négociations et du dialogue entre les deux parties.

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

C’est le rapprochement du Fatah et du Hamas qui crée une nouvelle donne politique que nous devons encourager et soutenir pour la paix.

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

C’est le besoin, plus que jamais pressant, de reconstruction de Gaza, pour laquelle 5,4 milliards de dollars ont été promis, qui est l’occasion de renforcer l’Autorité palestinienne qui, pour la première fois depuis huit ans, reprend pied dans un territoire où régnaient sans partage les islamistes.

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

Le mouvement d’ensemble dont je parlais, presque coordonné au niveau européen, pour la reconnaissance d’un État palestinien n’est pas lié au hasard. C’est justement l’impasse actuelle qui crée les conditions de ce mouvement. C’est précisément l’absence de toute perspective de paix depuis l’échec de la modération américaine, en avril dernier, qui rend nécessaires de nouvelles initiatives.

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

Contrairement à ce que nous souhaiterions tous, je ne crois plus que la paix puisse être un préalable à ce processus.

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

…aujourd’hui impossible, qui crée cette situation de tension devenue explosive, qui fait le jeu des extrêmes…

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

car j’ai une analyse inverse de ceux qui excipent de la situation actuelle pour justifier le statu quo. C’est le statu quo et le fait de repousser éternellement la reconnaissance de l’État palestinien à l’atteinte d’une paix durable,…

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

En revanche, la question du moment mérite effectivement d’être posée. Je comprends et respecte les réticences de certains à ce sujet. En ce qui me concerne, je pense que c’est précisément le moment

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

En effet, ce n’est pas une question de principe car la résolution 181 de l’Assemblée générale des Nations unies votée en 1947 prévoit le partage de la Palestine en un État juif et un État arabe, entre lesquels devait d’ailleurs être instaurée une union économique, monétaire et douanière. De même, plus récemment, les accords d’Oslo en 1993 puis, surtout, les accords de Camp David en 2000 ont consacré la reconnaissance par Israël de la nécessité d’un État palestinien.

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

Le Parlement français viendra compléter ce mouvement mardi prochain, avant probablement d’autres parlements européens à brèves échéances.Sur le fond, contrairement à la lecture que l’on fait souvent de notre débat d’aujourd’hui, je ne pense pas que la question porte sur le principe de la reconnaissance d’un État palestinien. La nécessité de ce dernier est actée, et depuis longtemps. Notre débat porte sur le moment. Est-ce le bon moment pour reconnaître un État palestinien ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/11/2014 : Reconnaissance de l'État de palestine

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Axel Poniatowski

…initié il y a un mois par la Suède, suivie de l’Espagne, du Royaume-Uni ou encore de l’Irlande.

Consulter