Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2012 et juin 2020

S'abonner aux résultats
de cette recherche

Email
par email
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 20 sur 63 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 03/11/2015 : Projet de loi de finances pour 2016

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Madame la ministre, j’associe à ma question mes collègues Daniel Gibbes et Patrice Martin-Lalande.Les départements d’outre-mer sont affectés des mêmes maux économiques que la métropole mais avec une intensité beaucoup plus forte. Ils subissent à la fois un chômage trois fois plus élevé et un handicap de compétitivité de leurs entreprises.À La Réunion, par exemple, le revenu disponible brut des ménages a progressé, entre 2013 et 2014, trois fois plus vite qu’au niveau national – 2,1 % contre 0,7 %. Mais paradoxalement, cette forte augmentation du revenu des ménages a essentiellement profité aux importations et peu à la production locale donc à ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 04/11/2014 : Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2014 à 2019 - projet de loi de finances pour 2015

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Madame la ministre, c’est en tant que député suivant depuis longtemps les questions ultramarines, mais également en tant que membre du Conseil de promotion du tourisme, créé récemment par Laurent Fabius, que j’appelle votre attention sur l’économie touristique outre-mer. Je souhaite associer mon collègue Patrice Martin-Lalande à ma question.Comme vous le savez et comme l’ont rappelé nos collègues Daniel Gibbes, Stéphane Claireaux et Serge Letchimy, le tourisme dans les départements d’outre-mer est fortement exposé à la concurrence internationale. Aux Antilles comme à la Réunion, les professionnels du tourisme – notamment de l’hôtellerie – ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Droits de la france sur le plateau continental de saint-pierre-et-miquelon

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Très bien !Il n’y a pas de grand écart entre les deux ministères, monsieur le député.Je suis rassuré !

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Droits de la france sur le plateau continental de saint-pierre-et-miquelon

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Conformément à ses intérêts et dans le cadre du droit international public des espaces maritimes, la France s’est engagée dans un projet ambitieux visant à la reconnaissance de l’extension de son plateau continental en saisissant la commission des Nations unies compétente à ce sujet. En effet, grâce à ses outre-mer et à ses 11 millions de kilomètres carrés de zone économique exclusive, la France dispose de la deuxième plus grande superficie maritime mondiale, après celle des États-Unis d’Amérique. Notre pays est ainsi présent dans les trois océans, ce qui est l’un de nos plus précieux atouts stratégiques pour l’avenir.La délimitation des ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Vous n’avez pas le monopole de l’amour de La Réunion !Cette volonté, disais-je, d’instrumentaliser l’histoire et cette dérive vers la repentance ne sont pas de nature à répondre de façon apaisée et objective aux souffrances de certains. C’est également nier les efforts qui ont été menés alors par Michel Debré, véritable bienfaiteur de La Réunion, pour sortir ce département de la crise économique et sociale qu’il connaissait alors et pour conduire à bien sa mutation.Dans ces conditions, vous comprendrez, chers collègues, que le groupe UMP ne peut approuver une telle approche et votera contre cette résolution.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Certes, si l’on ne peut qu’être favorable au fait de faciliter, pour les ex-pupilles, la reconstruction de leur histoire familiale et l’accès aux documents administratifs de l’époque, il n’est pas question de faire aujourd’hui le procès des services sociaux.Car le rapport de l’IGAS, qui avait été demandé par Mme Guigou, est clair : « [La mission] n’y a pas vu la marque d’une volonté de migration délibérément dirigée à l’encontre des jeunes de l’aide sociale à l’enfance. [… ] Au total, sur la base de l’étude de nombreux documents et d’un échantillon de 145 dossiers, ainsi que de témoignages, la mission n’est pas conduite à ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Si certains anciens pupilles ont pu souffrir de cette situation – c’est à regretter –, la grande majorité des 1 600 enfants concernés y ont trouvé les conditions d’une vie meilleure, bien meilleure, avec de vrais accomplissements professionnels et humains.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Mais on ne peut aujourd’hui stigmatiser, par principe, le fonctionnement des services sociaux de l’époque qui, dans un contexte qui n’a plus lieu d’être, ont agi pour donner une chance à ces enfants de se construire un avenir meilleur.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

…sans angélisme, mais sans diabolisation non plus.Il y a sans doute eu un certain nombre de cas où des abus ont été commis, où des engagements n’ont pas été tenus, où des enfants n’ont pas été traités comme il aurait fallu.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Aussi, au lieu de le dénigrer, convient-il de saluer son engagement sans faille dans la mutation qu’a connue l’île de La Réunion. D’ailleurs, en 1999, Raymond Barre, autre ancien premier ministre originaire de La Réunion, écrivait à ce sujet que, si l’île a, aujourd’hui, un niveau de vie bien supérieur, non seulement à celui de son environnement géographique – l’océan indien –, mais aussi – excusez-moi, chers amis antillais – à celui des Antilles, c’est à Michel Debré et à l’action de l’État qu’elle le doit.Mes chers collègues, sur un tel sujet, si vous aviez voulu que tous les républicains vous rejoignent, il aurait été ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Cette politique a ainsi permis de diminuer le nombre de mineurs admis à l’aide sociale à l’enfance.Pour lutter contre la misère de la population, Michel Debré a créé un fonds d’action sanitaire et sociale qui a notamment permis la création de cantines scolaires gratuites et qui s’est également employé à améliorer les équipements publics, sanitaires, scolaires et routiers.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Cher ami, si vous aviez fait le dixième de ce qu’a fait Michel Debré pour La Réunion, je vous écouterais davantage !

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Cette politique a fortement limité le nombre de naissances non désirées, qui conduisaient souvent à des difficultés éducatives…

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

impulsée avec vigueur dès le début des années 1960 à La Réunion, visant à limiter les naissances.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Les autres mesures ont été le développement des établissements et services en capacité de prendre en charge les besoins de l’aide sociale à l’enfance, la mise en oeuvre du plan de développement social, à la fin des années 1970, et, enfin, une politique de planning familial,

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

…dont cette proposition de résolution semble pourtant faire indirectement le procès – c’est, personnellement, ce qui m’a le plus choqué –, il a été mis un terme à cette politique de migration de pupilles au profit de solutions alternatives, notamment, je le rappelle, la mise en place d’allocations aux familles et d’allocations mensuelles, ainsi que la transposition progressive, à partir de 1977, dans les DOM, des dispositifs de Sécurité sociale applicables dans les départements métropolitains.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

L’amélioration très nette des équipements sociaux, médico-sociaux et sanitaires à La Réunion, l’extension progressive à ce département des droits sociaux applicables en métropole – qui permettaient aux familles de mieux faire face à leurs obligations éducatives – ainsi que l’évolution profonde, en France, des lois et des pratiques en matière de protection de l’enfance, expliquent l’arrêt logique – dont on doit se féliciter – de la migration des pupilles, à la fin des années 1970.Comme stagiaire de l’École nationale d’administration à la préfecture de La Réunion en 1972, j’ai été personnellement témoin de ces évolutions, ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Il visait à pallier la faiblesse qui caractérisait à l’époque les établissements d’accueil de La Réunion : en effet, ceux-ci ne permettaient pas alors une prise en charge à la hauteur des besoins des parents, compte tenu des difficultés qu’éprouvaient nombre d’entre eux à éduquer leurs enfants.En outre, au début des années 1960, l’éloignement des enfants relevant de l’aide sociale à l’enfance vis-à-vis de leur famille naturelle était une pratique assez courante, appliquée également en métropole. Je rappelle que les départements de la région parisienne disposaient de plus d’une vingtaine d’agences de placement, réparties sur tout le ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/02/2014 : Enfants réunionnais placés en métropole dans les années 1960 et 1970

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Didier Quentin

Cependant, dans le cas précis des enfants de l’aide sociale à l’enfance de La Réunion, des considérations supplémentaires ont joué pour que ces mineurs soient inclus dans ce programme de migration.

Consulter