Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2012 et février 2018

S'abonner aux résultats
de cette recherche

Email
par email
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 20 sur 454 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Vous avez raison, madame la présidente : veuillez m’excuser !L’amendement no 121 s’inspire du régime britannique. Il s’agit de prévoir très clairement des sanctions dans le cas où des agents des services spécialisés viendraient à ne pas respecter la loi. On me répliquera certainement que des incriminations sont déjà prévues par le code pénal en la matière ; j’estime pour ma part que, compte tenu du nouveau cadre fixé par ce projet de loi, notamment des procédures d’urgence, il serait bon que la loi prévoie clairement une incrimination nouvelle relative aux techniques de renseignement.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

La durée de trois ans présente l’avantage de la cohérence avec le code de la sécurité intérieure. Je ne comprends toujours pas pourquoi il faudrait indéfiniment augmenter la durée de conservation de ces données.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Comme je l’ai dit en commission, je n’ai pas bien compris le choix de cette durée : pourquoi passons-nous de trois ans à cinq ans ? Allez savoir ! J’ai déjà posé la question à M. le rapporteur ; je la pose à présent au Gouvernement.Il me semble me rappeler que notre collègue Éric Ciotti proposait de porter cette durée à sept ans. Pourquoi pas dix ans ou quinze ans ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Cela veut dire, en clair, que la commission sera dans l’incapacité d’effectuer sa mission en respectant l’objectif que vous voulez, que je veux et que nous voulons tous.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Je souhaite simplement poser une question au rapporteur : comment la commission pourra-t-elle faire son travail quand les données collectées par telle ou telle partie d’un service de renseignement seront stockées dans des dizaines de lieux ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Il s’agit d’un sujet absolument essentiel, à savoir les moyens accordés à la commission pour veiller à ce que les données collectées au titre de l’autorisation d’interception soient bien conformes à ce qui a été visé. En clair, il faut absolument qu’il y ait une traçabilité et une transparence des interceptions effectuées. À ce titre, il faut permettre à la commission d’effectuer son travail dans les meilleures conditions.Le Gouvernement avait initialement prévu que les données collectées seraient centralisées par service, ce qui rendait le travail de la commission absolument impossible. Or il est indispensable que celle-ci, pour effectuer son ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Monsieur le ministre, le régime de l’urgence absolue que vous avez décrit ne correspond pas à celui qui figure dans le texte que vous nous proposez. Pourquoi ne pas inscrire dans le projet de loi la procédure que vous venez de présenter devant l’Assemblée nationale ?Aux termes de l’article, en cas d’urgence absolue, le Premier ministre autorise la mise en oeuvre de techniques. Il vous suffirait d’ajouter que, dans le même temps, la CNCTR est saisie et que l’administration doit ensuite motiver sa décision dans les vingt-quatre heures. Faites en sorte d’apaiser les inquiétudes que nous pouvons avoir ; mettez le texte en adéquation avec ce que vous venez ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Monsieur le ministre, vous affirmez que l’urgence opérationnelle, régime sous lequel un chef de service peut décider de poser une balise, en quelque sorte, ne concerne que deux techniques. Quelles sont précisément les techniques visées par l’urgence qui ouvre la possibilité pour un chef de service de procéder à une interception ? Par ailleurs, qu’entendez-vous par « chef de service » ? Est-ce simplement le patron du petit service ou est-ce le directeur de la police nationale ? Telles sont les questions auxquelles j’aimerais que le Gouvernement réponde.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Ce sujet est fondamental car il concerne le dispositif dans sa totalité. Soyez rassurée, madame la présidente, je vous laisserai ensuite en paix et ne prendrai plus parole.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Je poursuis, madame la présidente, car c’est un sujet important.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Par ailleurs, comme l’ont rappelé mes collègues Coronado et Tardy, le président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité, Jean-Marie Delarue, nous a expliqué qu’il avait été capable de statuer en quarante-cinq minutes. Je ne comprends donc pas pourquoi la commission et le Premier ministre ne seraient pas saisis de la demande dans le même temps.Je peux éventuellement concevoir que le Premier ministre arrête sa décision en se privant de l’avis de la commission ; comme dans tout régime parlementaire, il est en effet responsable devant le Parlement. En revanche, la raison pour laquelle on éviterait de consulter la commission pendant ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Par ailleurs, j’aimerais comprendre : désormais est prévue l’urgence absolue, qui rend possible l’autorisation du Premier ministre sans saisine préalable de la Commission. Je ne comprends toujours pas pourquoi, au moment où les services décident, au titre de l’urgence absolue, de se passer de l’avis de la Commission et donc de saisir le cabinet du Premier ministre, on ne prévoit pas, au même instant, la saisine de la Commission nationale de contrôle. Je ne vois pas ce qui empêche de mettre en place un système d’astreinte permettant à la Commission de se prononcer dans des délais à peu près comparables à ceux d’un cabinet ministériel qui est saisi ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Monsieur le ministre, je voudrais être convaincu par l’amendement que vous nous proposez. Déjà, le fait que nous ayons eu trois versions différentes de l’urgence en l’espace de quelques jours démontre que l’on aurait pu avoir un peu plus de temps pour examiner tout cela.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Je viens d’évoquer le sujet. Je n’y reviens donc pas : l’amendement est défendu.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Si mon amendement est mal rédigé, s’il est « bancal », monsieur le rapporteur, je veux bien le remettre d’aplomb en proposant la même durée de deux mois pour l’autorisation préalable et pour le renouvellement. Le caractère très général de la demande de renseignement et le caractère intrusif des techniques qui peuvent être mises en oeuvre imposent en effet que le rendez-vous soit à bref délai.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Contrairement à notre collègue La Verpillière, je propose de limiter la durée du renouvellement de l’autorisation à deux mois. J’ai entendu l’argumentaire du Gouvernement sur l’amendement précédent. Vous nous dites que le délai de quatre mois est celui qui existe en matière de police judiciaire, madame la garde des sceaux. Certes, mais il ne s’agit pas ici de police judiciaire, mais de police administrative, avec une construction différente.Deuxième argument : vous nous dites que le délai de quatre mois correspond à celui qui est donné depuis 1991. Sauf qu’en 1991, on parlait d’écoutes téléphoniques, et qu’aujourd’hui on parle de moyens ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/04/2015 : Renseignement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hervé Morin

Il se trouve qu’un amendement du Gouvernement ou de la commission, que nous examinerons ultérieurement, reprend l’objectif qui est le nôtre de prévoir une protection spécifique pour certaines professions compte tenu de la nature de leurs missions et de ce qu’elles signifient en termes de démocratie.Nous pourrions appliquer la même procédure aux médecins, au titre de la protection du secret médical. Cette profession n’est pas visée par mon amendement mais elle fait l’objet d’un sous-amendement de M. Coronado.

Consulter